Les virus de l’influenza A

  • Les oiseaux sauvages, et plus particulièrement les oiseaux aquatiques, sont considérés comme un réservoir naturel des virus de l’influenza A.
  • Ces virus hautement pathogènes sont responsables chez les poules et les dindes de la peste aviaire classique, qui est mortelle dans 100 % des cas.
  • Ils ont un potentiel zoonotique et sont susceptibles, dans de rares cas, de provoquer des maladies graves à l’issue mortelle chez l’être humain.
  • Les porcs servent d’hôtes aux virus des influenza porcine, aviaire et humaine et, sous l’effet de l’adaptation et de l’échange de segments de gènes, sont à l’origine de nouveaux virus de l’influenza A au potentiel pandémique.

Krauskopfpelikan2  web

Recherche : demande d’autorisation de vacciner les oiseaux de zoo contre les virus de l’influenza aviaire hautement pathogènes (H5N1) au moyen d’un vaccin à vecteur viral non réplicatif

 

 

Au cours des deux dernières années (2021-2022), l’Europe a été touchée par la plus grande épidémie d’influenza aviaire hautement pathogène jamais enregistrée, avec plusieurs milliers de foyers signalés dans des exploitations de volailles de rente. Ces virus de la grippe aviaire hautement pathogènes (H5N1) ont également infecté de nombreuses espèces d’oiseaux sauvages, dont certaines populations sont désormais menacées au niveau régional. En Suisse, un foyer de H5N1 s’est déclaré au parc animalier de Berne, dans l’enclos des pélicans situé le long de l’Aar.

Protéger les oiseaux sauvages détenus dans des zoos

Comme la grippe aviaire est un problème persistant et que de nombreuses espèces d’oiseaux sauvages détenus dans les zoos ne peuvent pas être maintenus en quarantaine dans des conditions conformes à leurs besoins, les animaux doivent être protégés au moyen d’un vaccin. C’est pourquoi l’IVI a récemment déposé une demande d’autorisation pour l’utilisation d’un vaccin contre la grippe aviaire développé à l’IVI chez différentes espèces d’oiseaux sauvages qui sont détenus dans des enclos extérieurs ou des volières et qui peuvent potentiellement entrer en contact avec des oiseaux sauvages infectés par le H5N1. L’essai de vaccination devrait débuter à l’automne 2023 au parc animalier de Berne et au zoo de Bâle.

Un vaccin bien adapté

Le vaccin à vecteur qui serait utilisé lors de cette dissémination expérimentale se base sur le virus de la stomatite vésiculaire (VSV) incapable de se répliquer, dont un gène essentiel a été supprimé et remplacé par un gène du virus de la grippe aviaire H5N1. Ce vaccin, développé à l’IVI, a permis d’assurer aux poules vaccinées une protection complète contre le H5N1. Le vaccin permet en outre de distinguer facilement les animaux vaccinés des animaux infectés par le H5N1 au moyen de tests sérologiques. Étant donné que le vaccin est un organisme génétiquement modifié (OGM), l’IVI a déposé une demande d’autorisation de dissémination auprès de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Celle‑ci est actuellement publiée dans la Feuille fédérale et dans les communes concernées.

En savoir davantage sur la demande d’autorisation de dissémination expérimentale d’un vaccin génétiquement modifié

Autorité délivrant l’autorisation : Office fédéral de l’environnement OFEV, 3003 Berne

Procédure d’autorisation : la procédure est régie par l’art. 11 de la loi du 21 mars 2003 sur le génie génétique (LGG ; RS 814.91) et les art. 17 ss et 36 ss de l’ordonnance du 10 septembre 2008 sur la dissémination dans l’environnement (ODE ; RS 814.911).

Quiconque le souhaite peut consulter les documents non confidentiels, du 14.12.2022 au 30.1.2023 compris, durant les heures du bureau ordinaires auprès des services suivants.

B/CH/22/01 (B22001) : demande d’autorisation


Quel virus se cache derrière la grippe ?

oie cendrée web

Alors que le monde entier a le regard tourné vers la pandémie de SARS-CoV-2, un autre virus sévit actuellement en Europe et affecte durement l’industrie avicole. Des centaines de milliers de volailles ont dû être abattues cet hiver pour maîtriser la grippe aviaire. Le responsable de cette épizootie ? Un virus influenza. D’autres virus influenza infectent les porcs ou provoquent la grippe chez l’être humain. Mais quel est le lien entre ces différents virus ?

Interview du Dr Gert Zimmer, virologue à l’Institut de virologie et d’immunologie (IVI) et à l’Université de Berne. (PDF, 218 kB, 24.02.2022)

Actualités de l'IVI sur les cas en Suisse

 

Dernière modification 14.12.2022

Début de la page

https://www.ivi.admin.ch/content/ivi/fr/home/themen/vogelgrippe.html