Immunologie

La division Immunologie est chargée de l'enseignement en immunologie à la faculté Vetsuisse de l'Université de Berne. Elle se compose de quatre groupes de recherche qui axent leurs travaux sur l'interaction du système immunitaire avec des agents infectieux, notamment des virus. Nous étudions comment ce dernier réagit aux infections et pourquoi certains virus sont pathogènes. Nous utilisons à cette fin des systèmes de culture cellulaire complexes comportant des phagocytes (macrophages), des cellules présentatrices d'antigènes (cellules dendritiques), des cellules épithéliales et des cellules souches. Dans la mesure du possible, nous appliquons les connaissances acquises pour développer de nouveaux vaccins.

Actuellement, nos études portent sur la fièvre aphteuse, la peste porcine classique, le syndrome dysgénésique et respiratoire du porc, la grippe, les maladies des petits ruminants provoquées par des lentivirus ainsi que sur la pneumonie enzootique du porc. Par ailleurs, la division Immunologie met l'accent sur les zoonoses causées par des flavivirus, tels que le virus de l'encéphalite japonaise ou le virus Zika.

Actuel

infographie web

Nouveau modèle in vitro : une méthode alternative à l’expérimentation animale

Dans le cadre de sa recherche sur le placenta humain comme cible du SARS-CoV-2 (Fahmi et al, 2021), l’équipe de recherche de PD Dr. Marco Alves (Institut de Virologie et d’Immunologie IVI et Université de Berne) a développé un modèle in vitro du placenta humain. Ce modèle physiologique fourni la plateforme nécessaire pour ouvrir la voie à un remplacement significatif des approches in vivo lors de l'évaluation des mécanismes physiopathologiques des virus causant des infections durant la grossesse. Ce nouveau modèle contribue à promouvoir le principe des 3R, qui vise à remplacer, réduire et affiner les expériences sur les animaux, et plus particulièrement le principe du remplacement.

En publiant la méthode exacte dans la revue scientifique STAR Protocols (Fahmi et al., 2022) telle qu’elle a été développée, d’autres équipes de scientifiques pourront reproduire cette technique – ce qui contribuera à terme à diminuer l’utilisation d’animaux chaque fois que c’est possible.

Les expériences sur les animaux sont autorisées uniquement s’il n’existe aucune méthode alternative permettant d’apporter une réponse à la problématique posée. L’Institut de virologie et d’immunologie IVI s’engage pour le développement de méthodes alternatives.

Légende infographie

Méthode du nouveau modèle in vitro : du prélèvement placentaire à la culture du tissu ce qui permet  d’étudier le placenta humain, par exemple, après une infection au SARS-CoV-2.

 


corona et palcenta

Le placenta humain, une cible du SARS-CoV-2

Que se passe-t-il dans le placenta humain après une infection au SARS-CoV-2 ? Les équipes de recherche de l’IVI et du CHUV ont pu déterminer d’une part que les cellules du placenta humain pouvaient être infectées par le SARS-CoV-2, et d’autre part que le virus pouvait y proliférer et infecter les cellules placentaires avoisinantes.

Dernière modification 14.04.2022

Début de la page

Contact

Université de Bern
Institut de Virologie et d'Immunologie (IVI)
Länggassstrasse 122
3001 Bern

Directeur Immunologie
Prof. Dr. A. Summerfield
Tél. +41 (0)31 684 24 73 /
(0)58 469 93 77

Prof. Dr. A. Summerfield

Imprimer contact

https://www.ivi.admin.ch/content/ivi/fr/home/forschung/immunologie.html